Catégorie : Cuisine

plaque à induction
août 14th, 2015 de nvoi

Nous allons voir les différents critères de choix d’une bonne plaque à induction : taille, puissance, marque.. c’est un gros investissement dans la cuisine d’une maison neuve.

Les caractéristiques de base

  1. La puissance de chaque plaque : elle est importante pour la montée en température rapide (typiquement l’ébullition de l’eau), et pour cela, le plus c’est le mieux. Cependant les plaques haut de gamme qui ont un foyer à 4500 ou 5000 W coutent beaucoup plus cher : il faut donc faire un choix au niveau qualité/prix en fonction de votre budget. Au dessus de 3500W, ça va, en dessous ça sera un peu long
  2. La puissance totale : la plupart dépassent les 7000W ce qui est largement suffisant, à moins d’avoir 4 plaques allumées et à fond en même temps:
    alors là forcément on ne peut pas fournir du 4 x 3000W. En même temps, la plupart des logements sont raccordés à EDF en 12kw ou 9kw, donc des plaques d’une telle puissance disjoncteraient fréquemment.
  3. Le diamètre des foyers circulaires : il faut savoir que souvent les poêles de 28cm de diamètre, ont un fond plat de seulement 22cm. Il faut donc regarder la diamètre des foyers, car le mieux est de les avoir proche de la taille de vos fonds de casseroles. 24cm de diamètre de foyer, c’est bien pour la plupart des gens. Les grands foyers de 28 sont souvent utilisables à partir de 18cm; Faites attention si vous pensez que 3 foyers vous suffisent : souvent, le 3e foyer est beaucoup plus petit, 14 ou 16cm, et pourra à peine accueillir une petite casserole.

Le type de foyer

On appelle foyer les zones chauffantes sur les plaques. En effet, historiquement il y a avait quelques cercles chauffants sous les plaques à induction. La particularité de l’induction, c’est que c’est le contact entre l’ustensile et la plaque qui active la chaleur. Il est donc
intéressant d’avoir des zones chauffantes les plus larges possibles, car ça ne coutera pas plus cher à l’usage.

Depuis quelques années, les cercles ont de la concurrence :
– soit des zones complètes (inventées par De Dietrich)
– soit des moitiés de plaque : ces zones peuvent souvent se diviser en deux, avec minuterie et puissance séparées. C’est un gros avantage quand on a un grand plat en longueur

Les foyers en cercles ont des tailles variables : là aussi mieux vaut en avoir de plus grands.

La taille de la plaque

La majorité des plaques sont prévues pour un « trou » d’encastrement standard, c’est à dire 49cm de profondeur et 56cm de largeur. La plaque dépasse un peu sur les bords et a une dimension de environ 52cm de profond, la largeur variant généralement entre 60 et 65cm
Il existe des mini plaques pour studios (demi taille) ou des plaques plus larges..

Les fonctionnalités

Contrairement à d’autres électros qui sont blindés de fonctionnalités et d’électronique, pour les plaques, les fonctionnalités sont réduites. Les esprits scientifiques en sont pour leur frais. Du coup la liste à vérifier est vite faite, et pas si important que ça:
– Le booster, c’est la possibilité d’augmenter la puissance d’une plaque. Souvent, ce n’est faisable que sur une plaque à la fois, et ça augmente de 20 à 50% la puissance. En fait, ça sera limité par la puissance totale de la plaque
– Les minuteurs : à part les plaques bas de gamme, toutes ont un minuteur par zone
– Le réglage de maintien au chaud (pas si important que çà : avec un peu d’habitude, vous saurez vite qu’il faut mettre à 3 ou tant votre plaque)
– Les fonctions de sécurité : bouton de verrouillage des autres boutons, arrêt automatique de la plaque si rien n’est dessus, anti surchauffe (la plaque s’éteint si la température monte trop), anti liquide (si de l’eau déborde sur la plaque, elle s’éteint aussi)
– Le nombre de niveaux de réglage de puissance : il varie de 9 à 18 environ; comme le nombre de vitesse sur un vélo, à moins d’être un super pro, un nombre aussi élevé de graduations ne sert à rien.

Le prix

Les prix vont, dans le grand public, en gros entre 200 et 1500 euros. A 200 ou 300 euros, ca sera du bas de gamme.. A vous de voir selon votre budget

La qualité

Le gros problème des plaques à induction, c’est que vu le peu de fonctionnalités pour différencier, une bonne partie du choix se fait sur la qualité. Or, la sensitivité des boutons, la résistance de la plaque aux rayures, la facilité de nettoyage.. tout cela ne se voit pas en magasin ou sur internet.. il faudra donc vous fier à la marque ou à un test.
Pour vous aider, voici une idée des niveau de qualité des différentes marques : rien de nouveau, c’est un niveau comparable avec les autres
électros (c’est à dire qu’un frigo Siemens est aussi meilleur qu’un frigo Faure..)

  • Haut de gamme : Novy, Kitchenaid, De Dietrich (attention au SAV car c’est le groupe FagorBrandt), Miele
  • Milieu de gamme et bon rapport qualité/prix : Siemens, Bosch, Electrolux
  • Moyen : Sauter, Neff, Whirlpool
  • Bas de gamme : Faure, Beko, Candy, Rosieres, Airlux..

Les astuces

Contrairement à ce que nombre de cuisinistes proposent, ne mettez jamais de tiroir à couvert en dessous de votre plaque à induction !
Les  tables à induction permettent d’économiser 30 à 50% d’énergie pour la même cuisson, par rapport à du gaz ou du vitrocéramique. Génial pour la planète et notre portefeuille !

De bons liens pour approfondir :
Blog de JLM Diffusion
quechoisir.org

Posté dansCuisine Tagués avec :

mars 10th, 2015 de nvoi

Attention aux vendeurs de cuisines sans gêne. C’est peu dire que les cuisinistes sont connus pour avoir des méthodes de vendeurs de tapis. Ou de vendeurs de cuisines, car en fait, dans la culture populaire, ils sont devenus les nouveaux rois du marketing à la noix. Dans le genre « c’est justement l’anniversaire du chien du patron, mais il se finit ce soir et il faut signer tout de suite ».

Mais certains vont encore plus loin.

Le spam téléphonique

Oui, il y a toujours plus osé dans leurs méthodes de « recrutement ». Certains cuisinistes ont des méthodes sans gêne pour essayer d’appâter le chaland et de trouver de nouveaux « clients ».

Leur idée : aller espionner les listes de permis de construire délivrés par les mairies. Ensuite, ils croisent les adresses, les noms de famille présents sur les permis de construire, et les fichiers internes et les listes d’opérateurs téléphoniques.

Résultat : spam téléphonique. Connu pour faire cela : Cuisine plus [ou ceux qui appellent en se faisant passer pour eux] (notamment depuis le numéro 02 51 45 37 04 – ce numéro est connu pour ça). Ils appellent avec un discours inquisiteur, en brandissant les informations du permis de construire. On se sent espionné, c’est très désagréable.

Cet appel, réel, reçu par une de nos connaissances, illustre bien les méthodes désastreuses auxquelles se livrent de nombreuses sociétés. En l’occurrence, les cuisinistes ne sont pas les seuls : plombier, peintre, électricien… à peu près une société de chaque métier a envoyé du spam, suite à ce dépôt de permis de construire. La différence, c’est que d’une part ces autres sociétés étaient de pauvres bougres de quelques employés, et non des mastodontes générant des dizaines de millions d’euros de CA par an. D’autre part, ils ont fait ce spam par courrier, et non en appelant un numéro privé.

Note : nous avons agrémenté cet article d’une photo illustrative, photo prise sur le domaine public, sur laquelle on voit quelques enseignes. Comme l’indique ce site (http://www.virusphoto.com/32963-le-droit-a-limage-des-biens-et-des-personnes.html), les photos illustratives sont autorisées à condition de ne pas causer de trouble anormal, et que la photo soit prise depuis le domaine public, et que la société ne soit pas le sujet principal de l’image. Ce qui est bien le cas sur cet exemple.

« Le droit de réaliser, publier, exploiter l’image des biens d’autrui, et ce sans l’autorisation du propriétaire est admis, pourvu que la reproduction et l’exploitation commerciale ne causent pas un préjudice particulier à ce dernier ». (Cour de cassation, 1ère Ch. Civile, 2 mai 2001. n°99-10709 ).

On entend par préjudice particulier un effet tangible lié à la photo (par exemple une foule qui viendrait à cet endroit, etc.)

Posté dansCuisine

décembre 10th, 2012 de nvoi

Les cuisines Ikea sont-elles meilleures que celles proposées par les cuisinistes ?

Voici un résumé de leurs points forts et points faibles :

 

Perception 

  • Ikea parait, sur le net et dans les médias, comme une marque pour jeunes urbains branchés.
  • Au niveau design, le style est moderne, assez intemporel pour ne pas vieillir après 10 ans, et avec l’assurance de trouver encore des pièces détachées ressemblantes si il faut rénover après quelques années.

 

Qualités

  • Le site internet est efficace
  • Possibilité de personnaliser sa cuisine en ligne rapidement
  • Prix réduit, environ 50% de moins qu’un cuisiniste moyen/bas de gamme (type Cuisinella) à qualité comparable

Défauts des cuisines Ikea

  • La résistance des matériaux est moyenne : il est fréquent qu’après une utilisation journalière pendant 5 ans, une cuisine Ikea commence à avoir des soucis de porte ou de charnière en mauvais état.
  • La pose n’est pas comprise, et si vous voulez que tout soit fait au poil, notamment l’alignement des portes, il va falloir payer cher. L’avantage financier va alors fondre comme neige au soleil.
  • Pas autre chose que du stratifié en plan de travail. De manière générale, ne cherchez pas les produits hauts de gamme.

 

Budget et Avis

Il faut compter moins de 3000 euros pour une cuisine Ikea standard : environ 2-3 m2 de plan de travail en stratifié + 2-3 caissons hauts + environ 5 caissons bas.

Notre avis, c’est qu’Ikea reste le meilleur choix pour des cuisines bas de gamme : c’est le meilleur rapport qualité prix à condition de ne pas vouloir de fantaisies.

Posté dansCuisine Tagués avec :,

décembre 10th, 2012 de nvoi

Suite à notre article précédent sur les cuisines, voici un addendum sur la qualité des matériaux, pour vos portes et meubles. Cette compilation a été faite en lisant notamment des spécialistes et le site Hardware.fr

Voici les principaux matériaux :

    • Le polymère – produit souvent original, mais (suivant fabrication) sensible aux chocs, aux UV et à la chaleur
    • La mélamine – bonne durabilité et résistance, mais revêtement de surface mince qui « peut » s’user et se lustrer dans le temps – mais si elle est entretenue avec de bons produits, en évitant les produits agressifs et abrasifs (qui de toute manière doivent être bannis d’une cuisine) elle ne bougera jamais !
  • Le stratifié – portes épaisses et qualitatives – très bonne résistance aux chocs, et bonne résistance à la rayure, mais pas inrayables non plus…
  • La laque – porte très qualitative (suivant leur fabrication…) – résistance moyenne à la rayure, mais peuvent être polishé ce qui n’est pas négligeable, mais faible résistance aux chocs – au même titre qu’une voiture
  • L’acrylique – produit très beau, la plus belle profondeur de brillant qui existe (finition miroir) – résistance aux UV, résistance correcte aux chocs, mais extrême sensibilité à la rayure !  C’est ce que qui est à choisir pour de la belle qualité sans se ruiner.
  • Après restent le verre et le métal qui ont des qualités inégales et que je ne trouve pas foncièrement à leur place dans une cuisine qui « sert »
  • Et enfin le bois : là on rentre dans le rustique, un monde à part, et plus du tout à la mode: mais un matériau résistant aux chocs, beaucoup moins aux rayures et au soleil.

 

Les matériaux de plan de travail

A cette liste, il ne faut pas oublier les matériaux spécifiques aux plans de travail : Quartz, et Granit principalement (en addition au stratifié déjà utilisé pour les meubles).

A noter aussi la céramique ; aussi résistante à la chaleur que le granit, elle est un peu plus cher. Son intérêt est de pouvoir avoir des couleurs un peu plus originales.

La céramique, avec son plan de travail plus fin, amène un style plus moderne. Malheureusement, elle est assez fragile et du coup, il faut que les caissons en dessous aient un « toit ». Ce qui est rarement le cas…

Posté dansCuisine Tagués avec :

cuisine moderne
octobre 30th, 2011 de nvoi

Acheter sa cuisine est un vrai parcours du combattant. Entre les pratiques commerciales dignes des marchands de tapis, les différences de prix injustifiées, les erreurs sur les délais et les poses… ou la mauvaise qualité, il y a de nombreuses façons de se faire avoir.

Il faut tout d’abord comprendre quelles sont les différentes gammes. C’est essentiel car chaque chaîne de magasins va mentir et vous faire miroiter qu’elle est positionnée très haut.

Voici un comparatif des cuisinistes les plus connus en France.

 

Gamme Marques Commentaires
Kit bas de gamme Hygena
Ikea
But, Conforama
Ikea possède un bon rapport qualité-prix
Les autres sont vraiment du bas de gamme à éviter
Moyen de Gamme So Cooc
Cuisinella
Ixina
Teisseire
Cuisines plus
Aviva
So Cooc = groupe Mobalpa

Cuisinella = groupe Schmidt
Ixina pratique des prix pas trop gonflés

 

Kit moyen de gamme Lapeyre La gamme Lapeyre est plus étendue que chez d’autres vendeurs en kit
Bonne qualité Schmidt
Mobalpa
Maxima
Ces chaînes ont leur propres usines et font livrer des caissons déjà assemblés. La qualité est donc meilleure
Cher Arthur Bonnet
Perene
Armony
  Pérène = groupe Mobalpa

 

Il n’y a donc pas UN bon vendeur de cuisines. Il y aura des chaînes qui répondront plus ou moins aux besoins selon votre budget, votre envie de modernité et de design ou pas, votre expérience du montage, etc…

 

Ikea est souvent bien perçu sur le net, de part sa communication très « urbain branché ». Il faut reconnaître que si leur site est bien fait et qu’on peut personnaliser sa cuisine facilement, les avantages sont limités au prix. La qualité est très moyenne, il n’est pas rare qu’après 5ans d’utilisation journalière, une cuisine Ikea commence à avoir des problèmes de charnière, ou de porte abîmée. Malgré tout, pour un budget inférieur à 3000 euros (pour une cuisine normale d’environ 2-3 m2 de plan et environ 5 caissons bas et 2-3 caissons hauts), Ikea reste le meilleur choix. L’avantage de prix devient cependant faible par rapport à du milieu de gamme si on fait poser par des pros.

 

Pour un budget un peu plus élevé (3 à 5k sur cette implantation), Ixina et Lapeyre sortent du lot. Ixina a en général une politique commerciale plus réaliste : pas de prix gonflés, donc pas de rabais déments de 50%. Lapeyre a une gamme étendue, y compris pour un plan en Quartz et des modèles design. Cependant cela reste du kit et dans notre expérience, ils ont été très désagréables pour les rendez vous (obligé de s’y prendre très en avance) et ont déclaré qu’ils ne donnaient pas de plan technique pour les constructions de maison.

Mais Lapeyre propose aussi des prix sans rabais bidons.

 

La démarche commerciale

A tout niveau de gamme, la plupart des vendeurs de cuisine ont des pratiques déplorables. Voici les plus courantes dont il faut se méfier :

  • Rabais spécial pour anniversaire, solde, promo..: le rabais comme par hasard n’est valable que le jour même… sauf que ce genre de promos arrive au minimum 4 fois par an pendant plusieurs semaines..
  • D’où le conseil : ne signez JAMAIS lors d’un premier rendez-vous. Il est primordial de pouvoir comparer une implantation identique chez un autre cuisiniste et de laisser passer au minimum une nuit avant de se décider. Par contre à un 2e rdv pourquoi pas.
  • Le directeur commercial, directeur de région ou de magasin est là exceptionnellement et consent à passer du temps juste pour vous : C’est bidon aussi, en fait il s’agira d’une personne qui est là tous les jours.
  • Le « passage en direct » : quand il s’agit du plan de travail en Quartz ou en granit, les cuisinistes passent par un nombre réduit de fournisseurs. Au départ ils vous annoncent un devis à prix 100, mais en fait ils ont une possibilité de « exceptionnellement » vous faire passer « en direct », et du coup le prix baisse à 60 ou 70. Là aussi c’est bidon car jamais vous ne signerez de contrat avec le marbrier et vous vous doutez bien que le cuisiniste ne va pas vous le faire à 0 de marge… Au pire il a forcément une marge arrière conséquente, et il suffit de gonfler le poste « pose » pour partager les gains avec le marbrier.
  • La « cuisine d’expo » : cette astuce là a été sortie par Schmidt, roi du pipeau.. La concession achète chaque année 5 à 10 nouvelles cuisines et comme par hasard il leur en reste une pour cette année et c’est à vous oui à vous qu’ils ont décidé de faire ce cadeau : vous faire profiter du tarif « expo » mais sans que la cuisine soit vraiment exposée..

 

Le 3e quartile

Les marques à ce niveau sont toutes de bonne qualité, mais Schmidt a une politique commerciale déplorable, digne de feu Vogica. Pression, chantage (on a passé du temps avec vous..), mensonges.. même si la qualité des cuisines est bonne avec l’assemblage du caisson en usine, et les roulements à cartouche.

 

Schmidt, qui est détenu par le Groupe SALM, c’est un mastodonte ;
La production de meubles réalise un CA de 332 ME (2010)
La vente en réalise trois fois plus : 738 ME pour Schmidt et 329Me pour Cuisinella. A cela il faut ajouter les chiffres de la filiale EMK qui produit pour des distributeurs de kits. Le total atteint 1.67 MdE

 

Les marques chères

Attention, cher ne veut pas forcément dire plus haut de gamme. Et puis, le service dépend énormément d’un magasin à l’autre, les cuisinistes étant des franchisés.

Arthur Bonnet est cher en rapport qualité prix, de l’ordre de 20% plus cher à qualité égale que Mobalpa par exemple. Du coup, ils cherchent à se différencier avec des options, des designs différents, et surtout du service.

Arthur Bonnet propose par exemple d’assortir vos coloris de portes avec les futures couleurs de vos carrelages ou murs. Ça peut avoir un intérêt pour quiconque veut du « clé en main », mais le discours « je suis un expert de l’aménagement intérieur » a ses limites quand on voit la différence de prix.

Ceci dit, Arthur Bonnet propose aussi des choses exclusives. Par exemple, ils peuvent installer un plan de travail en céramique, chose que les concurrents ne font pas. La raison est simple : leurs caissons ont un « toit », contrairement à ceux des concurrents, et cela permet de supporter le poids de la céramique

Le prix de revient réel d’une cuisine

On en déduit de manière simple qu’un meuble dont le prix de revient en sortie d’usine est de 1, est revendu en moyenne 3 au client.
Bien évidemment une bonne partie de la différence est liée au transport, à la livraison, à la pose, au local, au marketing et aux commerciaux à payer.
Pour une cuisine d’un budget moyen de 5000 euros, voilà comment on peut imaginer la répartition des coûts :
– TVA 800, il reste 4200 HT

– fabrication 1500 (y compris bénéfice de fabrication)
– transport 300
– vitrine 200

– pose 400
– marketing 300
– payes de base des employés : 600

– frais généraux : 200

 

Marge brute hors bonus : 700 dont
– bonus des commerciaux : 600
– marge nette 100

Ce qu’il faut bien comprendre c’est qu’un commercial payé 4000 euros superbrut par mois (coût pour le patron) va vendre à peine 4 cuisines sur la période en moyenne.

Lorsqu’on vous annonce une remise de 20, 30 ou 50% des prix grâce à l’usine, c’est donc forcément un gros mensonge, car même une baisse de 50% du coût de fabrication ne diminuerait le prix total de la cuisine que de 17%.
En réalité, c’est que le commercial rogne sur sa marge (c’est à dire son salaire car une bonne moitié de son salaire est en fait issue de sa marge via des commissions). Cette opération pourra absorber une baisse d’environ 10% (500 euros). En raclant un peu ailleurs (promos fournisseurs, marge arrière de l’usine qui reverse une partie de son bénéfice de production aux bons vendeurs), on peut gratter un autre 10%. Tout le reste est forcément de la foutaise, c’est à dire de la baisse sur un prix qui avait été artificiellement gonflé.

Dit autrement, le point d’équilibre pour le cuisiniste (vente sans bénéfice) se situe à 4000 euros environ, mais chez beaucoup d’entre eux le prix de départ sera à 8 000 et vous ferez une soi disant super affaire à -30% en payant 5600, soit 600euros de trop…

Quelle cuisine choisir ?

Tout dépend de votre budget. Ikea pour du pas cher, Ixina en milieu de gamme, sont à recommander. Mais surtout, faites plusieurs devis chez des concurrents de même gamme, pour évaluer leur marge réelle. Les prix s’envolent très vite, aussi à moins de gagner plus de 5000 euros nets par mois, nous ne vous conseillerons pas de taper dans la catégorie « cher ».

Et pensez à comparer les prix à prestation égale, et non les remises. Les cuisinistes de grandes chaînes doivent vous faire du -30% mini, les indépendants honnêtes ça sera moins, 10-20% si leur prix ne sont pas gonflés.

 

Webographie

Quelques forums intéressants à lire. Attention, à prendre avec des pincettes, car il peut y avoir des faux messages d’un concurrent pour dire du mal d’un autre, des clients qui comparent des choux et des carottes, et des cuisinistes qui mentent effrontément, par exemple en disant que Schmidt pratique une politique de prix juste (on a cru mourir de rire en lisant cela).

http://forums.france5.fr/la-maison-france5/Pieces/cuisine-amenagee-negocier-sujet_262_2.htm

http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/Cuisine/cuisinistes-plans-arnaques-sujet_55038_4.htm<= contient plusieurs témoignages de pratiques commerciales douteuses, ainsi que le fait que des vendeurs types Cuisinella ou Schmidt partent d’une marge de 55-60% pour finir au mini à 25%

http://www.ouvrirunmagasincuisinella.com/Bilan-2010-la-SALM-SCHMIDT.html
http://www.forumconstruire.com/construire/topic-74834_start-30.php (10% du bénéfice brut pour un vendeur, d’autres disent 5% du prix HT, soit 200 à 250 par cuisine, on arrive bien à 1000 par mois donc la moitié du salaire de 2000 net venant des primes)

Pour choisir la qualité des matériaux de cuisine c’est par ici

Posté dansCuisine Tagués avec :,